Un environnement favorable aux affaires

hong kong affairesLes négociations précédant la remise du territoire en 1997

Pendant les négociations précédant la remise du territoire en 1997 par la Grande Bretagne il a été accepté que l’on permettrait à Hong-Kong de maintenir un système fiscal indépendant dans lequel la Chine ne s’immiscerait pas et ces droits sont incorporés dans des articles 106-8 de la Loi de Base.

En outre l’article 116 de la Loi de Base garantit que le territoire restera un port franc et une zone douanière séparée du continent. Ces mesures sont en vigueur jusqu’en 2047 au moins.

Avec des sociétés et des individus payant un maximum de respectivement 16.5 % et 15 % de taxes, il n’est pas surprenant que le territoire soit devenu une destination privilégiée pour des investisseurs étrangers. Ces taux fiscaux bas sont complétés par une politiquevisant à imposer seulement le revenu de source hong kongaise et non le revenu mondial, des allocations déductibles généreuses et par-dessus tout l’absence complète de retenue à la source, l’absence d’impôt sur les intérêts, sur les plus-values et de TVA font ainsi du territoire l’emplacement idéal pour des entreprises.

En 2012, la Heritage Foundation a publié son annuel ‘Indice de Liberté Économique ‘ en couvrant 179 pays ; Hong-Kong est classée comme l’économie la plus libre du monde pour la 18ème année consécutive.

Hong-Kong a obtenu une évaluation de 89.9 dans l’indice, bien au-dessus de la moyenne mondiale de 59.5. Des 10 facteurs de liberté économiques évalués, Hong-Kong s’est classé premier dans la liberté financière et commerciale, la seconde dans la liberté d’investissement et des droits de propriété et le troisième dans la liberté d’affaires et monétaire.

La Heritage Foundation a reconnu la gestion fiscale saine de Hong-Kong, qui a aidé  la ville le temps du ralentissement de l’économie globale. Elle complimente également Hong-Kong pour ses cadres réglementaires et légaux efficaces et ouverture au commerce mondial, tandis que la stabilité macro-économique globale du territoire e a minimisé l’incertitude.

Hong-Kong a maintenu son statut comme la deuxième destination en taille en Asie pour l’investissement direct étranger, derrière seulement la Chine continentale. L’interaction économique de Hong-Kong avec le Continent est devenue plus intense et sophistiquée, principalement par des liens financiers renforcés

Le centre financier se compare très favorablement avec d’autres centres financiers régionaux comme l’Australie, la Malaisie, Singapour et Labuan. Hong-Kong n’offre pas les exemptions fiscales spécifiques disponibles à Singapour via les politiques de « Siège social Opérationnel et Statut Pionnier », ni les exemptions limitées en Malaisie comme les « lZone de Libre-échange » ou en Thaïlande (« Propriétés Industrielles »). Hong Kong n’a pas dû suivre non plus la Malaisie dans l’installation d’un centre financier séparé (à Labuan) en vue limiter l’impact négatif des impôts locaux onéreux sur l’investissement étranger intérieur. C’est tout le territoire qui en profite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>